Entretien « école des parents » - 1h

Le voile se lève peu à peu sur les pratiques internes de l'Education Nationale française , la parole tente de se libérer mais les pressions sont immenses.

La prise de conscience publique s'annonce longue et difficile, les témoignages restent rares. Il semble évident qu'à l'heure actuelle, aucun professionnel salarié de cette institution "monolithique" et sans réelle concurrence, ne peut parler sans risques.

 

La question de la psychologie au sein de l'EN est particulièrement significative de ce dysfonctionnement.

En effet, là où l'ensemble des acteurs de la société française reconnait la validité du diplôme d'état de psychologue (niveau master bac +5 et inscription au RNCP), l'Education Nationale ne recrute "officiellement" ses psychologues que parmi les enseignants déjà titulaires. Elle exige en outre, de réussir un concours-maison et un stage d'un an supplémentaire au sein de ses établissements pour obtenir le "précieux" titre de psychologue scolaire

Pour être tout à fait complet donc, même avec un doctorat en psychologie clinique (bac +8 > bac +5), il serait impossible à quiconque d'être titularisé par cette administration sans être passé par son "cursus" pourtant d'un niveau académique inférieur. L'Education Nationale ne souhaiterait-elle donc pas le "meilleur" pour ses élèves ? Interpellant...

Il en résulte évidemment une pénurie de candidats, peu intéressés par des postes à la mission instrumentalisée et aux moyens par ailleurs indigents. Pour pouvoir "cocher ses cases", l'Education Nationale doit placer des annonces sur Pôle-Emploi pour des vacations ou des postes de "faisant-fonction". Pour autant aucune remise en question de l'absurdité du système y compris à l'épreuve de la réalité.

En psychologie on appelle cela :  un magnifique cas de déni . Un "cas d'école" !   :-) 

Ceci vaut d'ailleurs pour tous les autres postes de l'EN où la conformité à des normes internes (ou souvent l'ancienneté) se substitue  au niveau académique ou à la compétence professionnelle reconnue par le reste du monde !  Préoccupant lorsque l'on a reçu mandat de former les citoyens de demain.

Inspiré donc des célèbres (et parfois redoutées) rencontres « parents-professeurs », où peu de choses se disent en raison de ce contexte institutionnel et des enjeux, cet entretien, construit et basé sur 20 ans d'expérience internationale consiste en une approche neutre et une écoute bienveillante qui visent à  « sortir du cadre », à faire émerger les réelles problématiques et à trouver des pistes de solutions de manière pro-active.

Le parent ou les parents demandeurs sont reçus seuls lors de la première séance puis avec l'enfant/adolescent si besoin.

60 euros